QUI SOMMES-NOUS

ADM est une organisation de défense des droits

luttant contre les dérives discriminatoires liées aux mesures sécuritaires et le racisme antimusulman.
ADM défend les victimes de discriminations en leur apportant un soutien juridique et pratique. L’objectif est de faire cesser les atteintes aux droits, qu’elles proviennent d’une dérive administrative, d’un harcèlement ou d’un discours haineux sur les réseaux sociaux.

Histoire
Soutenir et Protéger les droits
L’action d’ADM est née après l’instauration de l’État d’urgence en novembre 2015.
Les musulmans constituent la principale cible des mesures administratives liées à la lutte antiterroriste. Ils ont été victimes de perquisitions administratives violentes, des assignations à résidence abusives. Pourtant ils ne sont ni des terroristes ni des « radicalisées », mais seulement des personnes pratiquantes. Cette situation d’exception arbitraire ne pouvait nous laisser indifférents.

L’action au départ -dans l’urgence- était d’aider les familles qui se trouvaient désemparées face aux mesures mises en place par l’état d’urgence. Néanmoins, constatant que cet état d’exception se prolongeait et que ses conséquences impactaient les droits les plus fondamentaux de certains citoyens, nous avons créé l’Association Action Droit des Musulmans ADM en mars 2016 . La communauté musulmane visée était capable de faire face à la situation par elle-même, avec une approche humaine et une présence sur le terrain. Cette communauté déjà bien fragilisée par la stigmatisation et le racisme antimusulman subissait, en effet, un racisme décomplexé.

ADM allait aider à mieux coordonner les actions, les étendre ainsi que répondre de manière plus efficiente aux demandes de victimes devenant de plus en plus nombreuses avec les mois qui s’écoulaient. Le travail d’Action Droit des Musulmans ADM consiste à soutenir les victimes et à dénoncer les violations des droits et des libertés dans le cadre des politiques antiterroristes et de prévention contre le terrorisme. La priorité était de réaliser un travail de qualité, impartial, et de lutter pour les droits fondamentaux, librement, sans ingérence, en affinant les objectifs en fonction des besoins de victimes souvent sans moyen financier.

En enquêtant et documentant afin de mettre tous les témoignages étayés par des faits les plus détaillés possible pour relever les violations des droits humains. Chaque témoignage était plus affligeant que le précédent. Les avocats étaient perdus devant ces mesures qui sortaient du droit commun, dans cette suspension de l’état de droit. Nous sommes alors devenus des enquêteurs analystes, ne disposant d’autre choix pour comprendre ce qui se passait afin d’assister ces personnes. Ce travail de terrain sera reconnu comme remarquable par les ONG internationales et les experts. Nous avons ainsi poursuivi un travail difficile auprès des personnes laissées pour compte. Nous sommes toujours disponibles et réactifs avec notre réseau de 30 avocats crée et de défenseurs des droits.

Les principes de justice et d’égalité en droit et de lutte contre l’injustice nous ont aidé à faire face et à poursuivre le combat, à défendre les droits. Cela en essayant d’impulser aux autres l’envie de défendre les droits et libertés. Car la justice et la préservation des droits demeurent un rempart contre la violence.

L’ADM défend le droit à la dignité, à ne pas être discriminé, à accéder à un procès équitable, à défendre le droit d’aller et de venir, de se soigner, d’accéder à une défense, le droit de pratiquer sa religion sans être l’objet de persécutions ou de pressions, le droit de préserver les liens culturels avec le pays d’origine, la liberté d’association de culte et de conscience, la liberté d’association et d’opinion.

Nous avons également développé une action/lutte contre les discours xénophobes et le racisme antimusulman sur Internet, contre le harcèlement sur les réseaux sociaux; en effet, ces discours qui amalgament les musulmans et les terroristes s’étendent et s’ancrent dans la population. Ils alimentent les peurs, sont dangereux pour la cohésion sociale. Cette action soutient directement les personnes discriminées en raison de leur appartenance ethnique et/ou religieuse. Cette action permet de préserver la cohésion nationale attaquée par des extrémistes de tous bords.

Nos Objectifs
Soutenir la communauté musulmane et de sensibiliser la population aux droits fondamentaux dans le but de faire reculer ces discriminations ciblant les musulmans.

La communauté musulmane fait face à des dérives émanant de mesures administratives liées à la lutte antiterroriste. Appliquées depuis la déclaration de l’état d’urgence en novembre 2015, ces dernières ont débouché sur la création de la Loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme du 30 octobre 2017 (SILT) qui pérennise et fait entrer ces mesures dans le droit commun, créant de facto un état d’urgence permanent. Cette dernière, par ses dispositions, restreint un certain nombre de libertés civiles et menace plusieurs droits fondamentaux tels que le droit à la sécurité personnelle, le droit d’accès à la justice, la liberté de circulation, d’assemblée et d’association, la liberté d’expression et de religion.

En outre, la mise en place de l’état d’urgence en 2015 ainsi que l’introduction de ces mesures d’exception dans le droit commun avec la loi SILT est un très mauvais signal envoyé à la communauté internationale. Il est en effet à craindre un désengagement concernant le respect du droit international de la part de certains pays, qui s’inspirant de la France, ont repris le modèle de l’état d’urgence français ; en allant plus loin dans les violations des droits et libertés contre la société civile. Il est donc urgent que la France abandonne ces mesures d’exception et reprenne la place que nous lui avons toujours connue au sein la communauté internationale : celle de protectrice des droits de l’homme.

Dans ce contexte, les musulmans qui constituent la principale cible des mesures sécuritaires ont urgemment besoin de soutien pour faire face à ces mesures exceptionnelles largement prises à leur encontre depuis novembre 2015. Les musulmans sont considérés comme suspects, se retrouvent la cible de discours haineux stigmatisés et discriminés . Victimes de dérives policières, ils font l’objet de perquisitions disproportionnées, d’assignations à résidence abusives, de décisions administratives arbitraires émanant d’une politique de prévention répressive de la radicalisation, dont les critères sont essentiellement la pratique religieuse musulmane.
Ainsi ADM,

Aide les victimes des dérives de la lutte contre le terrorisme à faire connaître et à faire valoir ses droits en lui apportant un soutien juridique et pratique.

Lutte contre les dérives des mesures sécuritaires afin que les mesures antiterroristes soient conformes aux droits de l’homme.

Lutte contre les amalgames, les discours haineux, le harcèlement en ligne.

Alerte les institutions sur la répression dont sont victimes les musulmans.

Sensibilise la population au problème des dérives de la lutte antiterroriste et met en place un espace d’échange et de communication entre les différentes strates de la population afin qu’un climat de confiance puisse prendre place petit à petit.

Notre Mission
Lutte contre le manquement aux droits de l’homme dans le cadre de la lutte antiterroriste.
La mission principale est de soutenir les victimes de ces violations en France principalement en leur apportant un soutien juridique et pratique. Elle accompagne, ainsi des familles dans les différentes procédures mises en place dans le cadre de l’État d’urgence et de la loi SILT.

Encourager, en outre, les autorités françaises à garder une application des mesures exceptionnelles respectueuses de la dignité de chacun et des droits de l’homme. Cela également en faisant des propositions afin d’allier le souci de sécurité du pays et le respect des droits fondamentaux.

Faire disparaître les discriminations et les stigmatisations au sein des politiques ainsi que la prévention de la radicalisation de la société. Luttant contre les discours haineux visant les minorités, elle essaie d’amener à une meilleure compréhension des différentes cultures formant la société.

Nos Valeurs
L’universalité et l’indivisibilité des droits humains, la solidarité, l’éthique, l’impartialité, l’indépendance, le partage et la tolérance.

Ces valeurs constituent le cœur de l’action de l’association ADM. Elle est la première organisation en France de personnes provenant de la communauté musulmane, spécialisée dans la promotion et la protection des droits et des libertés dans le cadre de la lutte antiterroriste. Elle croit en une société où les droits de chacun sont égaux et inaliénables et dans le fait que le respect de ses principes seuls est vecteur d’une société de paix.

« Le meilleur des hommes est celui le plus utile aux hommes » «Ô gens ! Sachez que votre Seigneur est Unique et que votre père est unique. Sachez qu’il n’y a aucune différence entre un arabe et un non arabe. Il n’y a pas de différence non plus entre un blanc et un noir, si ce n’est par la piété. Ai-je bien transmis le message ?» Le Prophète Mohamed saws

Je n’ai rien dit...
« Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai rien dit, j'étais protestant...
... Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose »

Pasteur Martin Niemöller
Président des Églises réformées de Hesse-Wassau. Partisan de l'arrivée d'Hitler puis
résistant. Déporté à Dachau de 1938 à 1945

La meilleure réponse aux extrémistes, c’est un État intransigeant dans le respect de la personne quant à ses origines et sa religion ou ses choix de liberté de conscience

« Les violations des droits de l’homme d’aujourd’hui sont les conflits de demain » Zeid Ra’ad Al-Hussein, du haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU.

Nos résultats, Notre impact
ADM enregistre une série de victoires,
ADM s’assure que les personnes sujettes aux mesures mises en place dans le cadre de la lutte antiterroriste puissent exercer leurs droits. Assiste également les personnes chargées de faire respecter ces droits et veille à leur application.

ADM a mené un ensemble d’actions avec ses partenaires qui ont notamment conduit le gouvernement à améliorer l’application des mesures prévues par la loi pendant l’État d’urgence et la mise en œuvre de la SILT.

 

ADM a notamment :

Suivi l’impact des mesures exceptionnelles instaurées par l’État d’urgence et la loi SILT.

Veillé à ce que les recours soient respectés dans le cadre de l’application de ces mesures exceptionnelles.

Recueilli les témoignages des personnes et des institutions ciblées par ces mesures dans l’objectif de relever les violations des droits humains.
Mené des recours auprès des tribunaux administratifs ayant conduit à la levée de mesures administratives. À cet effet, elle prépare les dossiers juridiques et procède à l’élection d’un avocat.
Collaboré avec différentes organisations telles qu’Amnesty International, Human Right Watch, le Syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France afin de leur donner notre analyse sur l’impact de l’État d’urgence et de la SILT sur les libertés fondamentales et les droits de l’homme.

Participé au rapport paru en février 2016, intitulé « France : Des vies bouleversées : L’impact disproportionné de l’État d’urgence en France », d’Amnesty International.

Collaboré avec la Commission des lois sur le projet de loi SILT.

Fait partie du Collectif Antiterrorisme Droit et libertés animé par Vox Public et OSJI qui ont été reçus par le Président de la République Emmanuel Macron, en juin 2017, pour lui demander de revoir son projet de loi SILT, l’avertissant des dangers que cette dernière comportait pour les fondements de l’État de droit.

Auditionné par la Commission des lois Contrôle parlementaire sur le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme SILT Octobre 2017
Co organisé le Forum des Musulmans de France à Montreuil, en mars 2018, réunissant les associations musulmanes cultuelles et culturelles et qui a accueillie plus de 5'000 visiteurs. Pour sensibiliser les visiteurs aux droits de l’homme ainsi que sur les dangers de la loi SILT. Mars 2018

Collaboré avec le Conseil des droits de l’homme lors de l’UPR de la France. Intervention au nom du Réseau Antiterroriste droits et libertés afin de réclamer des contrôles rigoureux par la CNCDH et le respect des droits fondamentaux dans le cadre de la lutte antiterroriste, portant la vois des personnes victimes de discriminations en raison notamment de leur appartenance religieuse par les politiques de prévention de la radicalisation, mais aussi de discours haineux faisant l’amalgame entre la religion musulmane et le terrorisme. juin 2018

Livre « l’État d’urgence (permanent) », paru aux Éditions Meeting Book en avril 2018. Ce dernier contient 22 témoignages de victimes de l’État d’urgence en France et a pour mission de sensibiliser l’opinion publique sur les dangers de l’État d’urgence et de la loi SILT.

Participé régulièrement à des événements, conférences pour promouvoir les droits de l’homme et sensibiliser sur la loi SILT.

Action veille et de défense des droits sur les médias sociaux, notamment sur le harcèlement et le racisme antimusulman.